Où en sommes-nous ?

             

Avec la nouvelle année qui vient à peine de commencer, venait aussi le tournant du mi-parcours de notre voyage.  Déjà six mois que nous avons plié bagages et que nous traçons notre route sur les chemins du monde. Je sais tu te poses des questions du genre comment nous allons? Comment trouvons-nous cela d’être 24 heures par jour ensemble? Serons-nous les mêmes à notre retour?

bilan mi chemin

Alors six mois après notre départ, je peux t’affirmer que nous allons bien, vraiment!  Le rythme du voyage n’est pas venu à bout de notre bonne humeur ni de notre patience. Nous nous permettons des arrêts assez fréquents pour que tous et chacun puissions nous ressourcer, avoir notre intimité et même certains moments seuls avec nous-mêmes.  

Nous avons toujours et encore du plaisir ensemble.  Nous rions des niaiseries des autres et nous ne nous tapons pas (trop 😉 sur les nerfs…bon ok le lendemain de la veille du jour de l’an avec la fatigue et le hangover, j’étais un tantinet, légèrement impatiente… surtout envers mes gars!  Mais après une journée à faire la farniente au bord de la mer, mon humeur s’est replacée comme par magie!

Pas facile la vie de backpacker !

Dans mon cas, je ne crois pas que j’aie changé tant que ça!  Je suis toujours aussi motivée par mon rêve. Je me laisse porter par nos envies et la mexicaine en moi adore cela.  ¡No hay problema! Enfin un rythme de vie normal. C’est probablement là-dessus que je devrai travailler à mon retour.  Essayer de trouver un équilibre entre le boulot et le plaisir personnel que j’ai souvent tendance à mettre de côté au profit de tout et rien.  Me mettre à l’horaire et en priorité par moments sera définitivement mon défi du retour… je crois. Mais comme j’en ai discuté avec Marco, notre processus de changement était bien enclenché avant notre départ ce qui fera en sorte que toi, de l’extérieur, tu n’y verras probablement pas de différence.

bilan mi chemin
Les gars en randonnée à Vang Vieng

Par contre, les enfants eux en ressortiront grandis.  Ils ont tellement changé en 6 mois. Ils n’ont plus la crainte  de l’inconnu qu’ils avaient avant le départ. Ils s’habituent très rapidement aux lieux où l’on s’arrête.  Ils sont de plus en plus confiants en eux. Vont parler en anglais vers les étrangers, apprennent des mots usuels dans chaque pays que l’on visite et les utilisent avec les locaux.  Ils sont fiers d’eux et moi aussi du même coup. Je suis si fière de leur offrir ces moments, mais aussi de pouvoir les partager avec eux 24 heures par jour.

Quand j’observe mon couple dans ce voyage, je comprends à quel point Marco et moi formons une équipe du tonnerre!  Il n’y a personne d’autre qui pourrait me faire vivre ces moments, m’amener à me dépasser comme il le fait. Que ce soit pour m’amener à faire 22 km de randonnée en une journée ou encore m’éloigner encore plus des côtes en apnée, il est toujours là, sans le savoir à m’amener à dépasser mes limites.  Je ne vivrais ces expériences avec aucune autre personne, car la confiance que j’ai en lui est totale. Les yeux fermés, je vais le suivre jusqu’au bout du monde.

bilan mi chemin
Que du bonheur… 365 jours de suite, 24h par jour, le sevrage sera difficile au retour !

Je crois que toutes les expériences que nous aurons vécues, toutes les difficultés traversées, tous les stress passés, les émotions partagées ne feront que tisser, encore plus serrés, les liens que nous avons développés au fil des ans.

Je suis reconnaissante en la vie de m’avoir permis de rencontrer une personne avec qui partager mes rêves.  D’avoir eu la chance d’avoir deux enfants curieux et avec une capacité d’adaptation aussi grande. D’avoir sauté dans le vide et d’avoir cru en nous pour vivre ces moments.

La beauté de la chose sais-tu c’est quoi?!? C’est qu’on n’est qu’à mi parcours et qui il nous reste encore tout plein de belles aventures à vivre.  Si tu fais partie de ces gens qui nous trouvent “chanceux” de vivre ce voyage, je te souhaite pour 2019, d’aller chercher au plus profond de toi, le “guts” d’aller au bout de ton rêve, car oser ouvre des horizons, permet de se remettre en question et de mettre en place des changements dans nos vies un peu trop axées sur la consommation!  Et pour ca, pas besoin nécessairement d’aller à l’autre bout du monde.

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Marie dit :

    Ahhhh! Te lire est un brin de fraîcheur . Tu Vis avec un grand V c’est ce que j’ai toujours prêché aux jeunes que j’ai côtoyé dans mes écoles. Oser est le verbe qui ouvre les grandes portes de la vie. Je suis tellement heureuse pour toi, pour vous deux et pour vous quatre. Bonne continuité en 2019.

    1. Marc-Olivier dit :

      Merci Marie ! C’est vraiment gentil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *