Franchir la frontière la plus corrompue de notre périple !

Une des choses importantes à faire en organisant un voyage à long cours, qui se déroule principalement par voie terrestre, est de vérifier par quelles frontières nous devrons passer. 

En effectuant mes recherches j’ai trouvé une tonne de récits et de conseils sur une frontière en particulier: celle entre la Cambodge et le Laos. 

En effet, cette frontière est reconnue comme étant l’une des plus corrompues de toute l’Asie. 

Certains voyageurs tentent de la franchir sans avoir à contribuer à cette corruption. Ils vont jusqu’à passer plusieurs heures au poste frontalier en tentant de négocier leur droit d’entrée. 

D’autres se sont littéralement assis par terre, armés de leurs jeux de cartes en espérant user la patience des douaniers au maximum afin de pouvoir entrer au Laos sans avoir à payer un dollar de plus. 

J’ai également lu des récits de voyageurs mentionnant avoir chanté et dansé afin de décourager les employés de la douane. 

Bref, tout le monde tente à sa façon de passer ce poste frontalier sans avoir à payer plus d’argent que nécessaire. Certains y parviennent, d’autres non !

Qu’en était-il pour les Lesperuiz ?!?

Passer la frontière Lesperuiz Style !

Après avoir passé quatre jours mémorables au homestay de Mr. Puthea, il était temps de partir de Banlung afin de se rendre au Laos. 

Puisque nous étions déjà au nord du Cambodge, il fût assez simple de se rendre à Strung Treng en bus afin d’y faire un transfert pour se rendre à Ze frontière. 

Après une coupe de cheveux pour moi pendant que les enfants faisaient un peu d’école, nous sommes allés manger au marché et nous sommes ensuite partis en direction du Laos. Pour se faire, nous étions une dizaine de voyageurs entassés dans une mini van. 

Après une heure de route,  nous débarquons de la voiture afin de remplir la paperasse pour notre entrée au Laos. On en profite aussi afin de changer nos dollars en kips laotiens. 

Comme d’habitude, nous nous rendons au contrôle douanier à pied. Cette fois-ci afin d’obtenir notre tampon de sortie dans notre passeport. 

Alors que nous sommes en file, j’y vais le premier. Je me mets à parler aux autres voyageurs à propos des « frais supplémentaires ». Le contrôleur semble comprendre ce qui se trame et sort son portable afin de parler avec ses collègues. 

Je vais au comptoir, remet mon passeport, répond aux questions et on me demande d’attendre au deuxième guichet. Ce que je fais très docilement. 

Une fois au deuxième guichet, le douanier me demande gentiment 2 US$ pour mon passeport. Je lui demande pourquoi  il le répond que c’est pour le payer lui et son équipe. Avec un grand sourire, je lui réponds que c’est illégal, que c’est de la corruption et lui mentionne que ce qu’il fait n’est pas bien. Je le vois bien dans son visage qu’il le sait très bien.  Il me remet nos passeports avec un petit sourire en coin et nous passons GO et sauvons 8US$. J’en profite pour avertir les autres voyageurs de faire de même, tout le monde sort du Cambodge sans payer de frais supplémentaires !

Entre les deux postes frontaliers, je m’attendais à nous faire interpeller afin de passer un faux contrôle médical, mais ce ne fut pas le cas. On économisera temps et 4$US. 

frontiere corrompue
Les frontières, toujours une journée un peu plus occupée que les autres !

Autant de chance du côté laotien ?!

Fier de mon économie de 8US$, j’étais bien motivé à obtenir nos visas laotiens sans un sous de plus. 

On se présente au comptoir. L’affiche mentionne que le coût du visa pour les canadiens est de 42US$ Le douanier me demande 172US$. Je le regarde un peu perplexe et lui sort ma calculette. Je pitonne 4 x 42. Ce qui donne 168$. Je lui remet donc le montant exact avec un sourire (ça a bien fonctionné le premier coup!) et lui dit que je n’ai pas un sous de plus (petite menterie ici). Il prend nos passeports et notre argent et nous demande de passer au deuxième guichet. On vient d’économiser 4US$ !!!

Le dicton dit: ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini. Cette fois-ci, le dicton s’applique aussi. 

Au deuxième guichet, le douanier est vêtu d’un habit d’armée . Sa poitrine et son épaule débordent de décorations. Il ne semble pas avoir envie de rigoler. Nous attendons nos documents. 

Entre temps, des bus de touristes arrivent. Leurs agents/guides s’occupent de toutes les formalités. Vous auriez dû voir la quantité d’argent qui s’est échangé pendant ce court laps de temps. Cela retarde notre processus d’obtention de visa. 

Les passeports des garçons arrivent entre les mains du « général ». Il tamponne le visa de Jules et me demande 2$US. Je lui dit que nous sommes une famille et que ce passeport est un passeport d’enfant. Je lui demande pourquoi il faut payer pour le tampon. Il me répond que c’est parce qu’il fait du temps supplémentaire (il est 16h, la douane ferme à 18h). Je lui dit gentiment qu’il est illégal de demander de l’argent en plus de ce que nous avons payé. Il me remet alors le passeport d’Edouard et ne veut plus nous remettre nos passeport. Il semble les tenir en otage … le temps file … je garde mon calme et tente de négocier. De glace, le type ne veut rien entendre… Alix s’impatiente et sort les 4$US pour nos 2 passeports et il nous les remet. On aura économisé 4$US à cet endroit. 

Avant de partir et je me permets de changer de ton et de lui dire à quel point ce qu’il fait n’est pas bien pour son pays et qu’il n’aura pas un bon karma (ils sont principalement bouddhistes ici). Il me regarde froidement et me dit: go away, this is not your country !!!

L’aventure est repartie, nous nous dirigeons vers Don Det et ses 4000 îles. 

Les autres voyageurs présents dans le bus nous attendent. Nos négociations semble avoir pas mal ralenti notre sortie du poste frontalier laotien !

Afin qu’un jour cette situation prenne fin, n’hésitez pas à leur dire que vous refusez de les payer. Plus vous serez nombreux à le faire et à le dénoncer, moins ils seront confiants à vous intimider ! C’est possible et même facile d’éviter de contribuer à cette corruption. 

Et toi, as tu déjà passé ce poste frontalier ? À quoi a ressemblé ton passage ?

2 commentaires Ajoutez le votre

    1. Marc-Olivier dit :

      Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *