À travers le Gobi !

le

Dans mon imaginaire, le Gobi était une grande étendue de sable à perte de vue où chaleur extrême côtoyait vents et cactus… j’étais très loin de m’imaginer tout ce que nous allions voir durant les six jours de notre périple.

Savais-tu que le Gobi est le 6e plus grand désert du monde?  Moi je ne le savais pas avant d’y mettre les pieds. Il recouvre une superficie de près de 1300000 km carrés.

De plus, il est essentiellement composé de roches plutôt que de sable.  C’est ce qui m’a le plus frappé! Situé entre le sud de la Mongolie et le nord de la Chine, ses températures peuvent  varier entre -43 et 38 degrés Celsius.

L’itinéraire proposé par notre agence allait nous faire parcourir plus de 1500 km en six jours et que d’aventures… en voici le résumé.

Jour 1 – 18 août 2018

Départ de  Ulaan Baator avec quelques heures de retard.  Alors que nous devions quitter à 8:30, notre chauffeur a démarré le moteur à 10:30. Je dois t’avouer que l’organisation n’est pas la principale qualité des Mongoles.  Au lieu de faire l’épicerie la veille, notre guide y est allée à 9:30, ce qui explique en partie notre départ tardif.

Une fois partis, nous nous sommes arrêtés sur le bord du chemin afin de dîner en route. Des ramens et du pain ont constitué ce repas.  Nous avons dû repartir ensuite vers le premier arrêt, une famille du désert nous attendait pour le souper.  Nous sommes arrivés vers 18:15 où la fameuse soupe nouilles/mouton nous serait servie.

S’en est suivi un spectacle de musique traditionnelle où l’homme de la maison se trouve à être une vedette de musique!  Je te le jure!  Il est le plus grand joueur de morin khuur, un instrument à cordes s’apparentant à un petit violoncelle.   C’est un champion en Mongolie.

Notre vedette de morin khuur

Il voyage partout grâce à son art et a remporté plusieurs trophées et médailles dont il est très fier.  Il parcourt plusieurs chemins afin de se produire en spectacle et ce, jusqu’au Japon.  Sur son instrument, on retrouve d’un côté des cordes faites à partir de crin de cheval mâle et de l’autre côté de crin de jument. Sa mélodie nous envoûte. L’heure est à la fête!  La vodka et la bière coulent… pas à flots, mais allègrement!  Avec nos nouveaux amis (encore des Belges), notre belge ainsi que nos amis français, nous passons une très belle soirée!

L’heure du dodo sonne et, quel constat faisons-nous?  Et oui, encore une fois, nous dormirons à même le sol!  Fatigués, nous étendons des couvertures qui feront, encore une fois, office de matelas.  Je dois t’avouer que cet aspect de la Mongolie commence à nous peser sur les épaules.  C’est difficile de récupérer de notre fatigue puisque de nuits en nuits nous ne dormons pas d’un sommeil récupérateur.  Ce n’est pas grave, demain sera un autre jour.

Jour 2 – 19 août 2018

On aperçoit au loin notre premier troupeau de chameaux.  Comme c’est beau ces bêtes!  Je suis émerveillée!  Voir ces bêtes déambuler devant moi, comme si de rien n’était,  m’impressionne!  Nous dévalons les kilomètres afin de se rendre au White Stuppas.  Une région du Gobi dans laquelle nous marcherons dans une grotte où nous verrons chauve souris, collines et montagnes rouges.  C’est magnifique comme endroit.  Malheureusement nous ne pourrons nous y attarder trop longtemps car nous devons nous rendre dans la région de Yolin-An afin de visiter le Eagle Creek.

Nous nous séparons de nos amis français et de notre Belge, que nous retrouverons aux dunes le lendemain, et remontons à bord de notre bolide en direction de ce nouvel attrait.  En chemin, notre guide s’arrête afin de nous cuisiner une soupe… ce qui nous fait perdre 2 heures de notre précieux temps.  Nous arrivons à destination vers 18:00, sans trop savoir combien de temps nous devrons marcher afin de visiter l’endroit.

Le eagle creek est un cours d’eau au creux d’une vallée.  D’immenses montagnes rocheuses surplombent le tout. On aurait pu y voir une chute gelée, mais cette année, les températures élevées ont eu raison d’elle, et il est impossible pour nous de la voir puisqu’elle est fondue.   Nous enjambons le cours d’eau à plusieurs reprises lors de notre randonnée et, évidemment, je me retrouve les deux pieds dans l’eau!  T’es pas surpris avoue?  Bref, nous marchons pendant plus d’une heure, sans voir le moindre aigle à l’horizon, pour finalement arriver à une impasse, puisque le cours d’eau nous empêche d’avancer davantage.  Nous rebroussons chemin sans savoir ce qui nous attendait à notre retour.

fin de journée sur Yolin-Am

Je ne te l’ai pas dit, mais le chemin depuis l’entrée du parc menant au début de la randonnée à été salement amoché par les dernières pluies.  Notre camionnette a éprouvé quelques difficultés à l’aller afin de traverser certaines crevasses.  On n’est pas en 4×4 malheureusement.  Le soleil est maintenant descendu, nous sommes revenus de notre randonnée et devons revenir sur nos pas en camionnette.

Tu devines la suite?  Ce qui devait se produire ce produit, nous sommes restés pris dans l’une des crevasses!  Et pas à peu près!!!  Nous avons dû nous faire tirer par une van russe qui passait par là.  Après quelques essais, une corde brisée, un pare-choc presque arraché, nous sommes sortis de notre trou!  Hourra!  Cependant, on ne sait pas encore où nous coucherons.

Après la première et deuxième yourte où nous nous fîmes refuser l’entrée, nous nous sommes rendu compte que faire des réservations n’est pas coutume chez les Mongoles.  Nous étions un peu découragés, fatigués et aussi affamés puisque nous n’avions mangé qu’une soupe sur le bord du chemin je te rappelle! Vers 21:00, nous trouvions place où dormir.  Excédés par toutes ces situations,nous avons décidé d’aller nous coucher sans manger.  De toute façon notre guide voulait nous préparer encore une soupe et, nous n’avions pas la force (ni l’envie) d’attendre encore deux heures avant de manger.

Jour 3 – 20 août 2018

Nous reprenons la route, avec encore une heure de retard vers l’attrait que j’attends avec tant d’impatience : les dunes de sable de Khongoriin Els.  Ces dunes de sable constituent l’amoncellement le plus important du désert de Gobi. D’une superficie de plus de 900 km carrés, les dunes peuvent atteindre des sommets entre 100 mètres et 300 mètres de hauteur.  Nous commençons à voir apparaître les dunes après plusieurs heures de route.  Je suis excitée!

Arrivés sur place, nous n’en croyons pas nos yeux.  Le « guesthouse » qui nous reçoit est au pied des dunes et un troupeau de chameau nous y attend.  C’est complètement fou!  Il fait chaud! Probablement plus de 35 degrés!  Nous nous faisons organiser par un autre guide, car je te l’avoue, notre guide manque un peu d’expérience et d’initiative!  Alors nous commençons par notre randonnée d’une heure à dos de chameau.  Ces bêtes, aussi belles soient-elles, puent vraiment la mort!  C’est pas croyable!  Nous devons garder notre souffle car le mal de cœur peut nous prendre à tout moment.  Ça c’est sans compter le nombre de fois où ces bêtes m’ont éternué sur la jambe!  La randonnée, d’une lenteur incroyable finit par aboutir et notre chauffeur nous conduit au pied des dunes.  Là où la magie s’opérera!

C’est grandiose!  D’une hauteur de 300 mètres, nous devons grimper les dunes qui s’imposent devant nous. Les deux pieds  dans le sable pour certains, nous avons entrepris la montée!  Tu sais que marcher dans le sable peut s’avérer parfois difficile.  Imagine alors grimper une montagne de sable.  À bout de souffle,nous nous arrêtons à quelques reprises.  Les enfants sont en feu!  Ils font l’ascension en 30 minutes, nous en 40!  On n’est pas si pire pour des vieux! En haut, s’offre à nous une vue incroyable! Des dunes à perte de vue!  C’est si beau!  Nous y restons le temps d’échanger avec d’autres touristes, de nous recentrer sur nous-mêmes ainsi que d’explorer les sommets avoisinants!  Je suis estomaquée!

Seuls au monde, sur le dessus des dunes de sable !

Au bout d’environ une heure, une heure trente, nous avons entrepris notre descente à la course.  Ce qui nous a pris un gros deux minutes!  De vrais enfants! Certaines personnes sont montées avec des traîneaux pour redescendre en glissant.  Nous les observons (et les envions aussi) un peu.  Ce sera pour une prochaine fois…

De retour à notre yourte, nous sommes unanimes, notre journée nous a tous émerveillés et nous en sommes plus qu’heureux!  Épuisés, après le souper nous nous couchons pas trop tard car le lendemain nous devons reprendre la route.

Jour 4 – 21 août 2018

Nous nous dirigeons vers les fameux Flaming Cliffs.  Un canyon composé de roches rouges, qui, au coucher du soleil, illuminées par ce dernier, révèlent encore plus de leur couleur. Nous ne verrons pas ce spectacle car nous ne dormons malheureusement pas à cet endroit.  Cependant, nous marchons à travers le canyon et nous laissons nos yeux se délecter de ce spectacle naturel.

Flaming Cliffs

Le ciel se couvre, nous dînerons plus loin, dans un petit village, car notre guide n’aura pas le temps de cuisiner (sa fameuse soupe) avant l’arrivée de la pluie!  Nous nous en sauvons! Cela fait du bien de manger autre chose!

Après le dîner, nous reprenons la route pour finalement arriver à Dalanzagdad, petite ville où nous logerons pour une nuit en hôtel… avec douches, toilette et eau chaude!  Houuuuurrrrra!  Ben oui!  Notre périple en yourte incluait ces commodités qu’à ce moment!  Avoue qu’on est chanceux chez nous hein?  Nous en profitons crois-moi!

Malgré la douche, le moral des troupes commence à diminuer.  Tous les kilomètres à faire, les nuits écourtées et interrompues, les repas peu nombreux et routiniers, le manque d’information de la part de notre guide se font ressentir.  Nous décidons alors de lui faire part de notre mécontentement ainsi qu’à l’organisatrice du voyage.  Nous avons bien fait puisque dès le lendemain nous constatons certains changements: des collations achetées, un repas au restaurant, un effort quant à la transmission d’informations.  Vivement la communication!

Jour 5 – 22 août 2018

Aujourd’hui nous avons 7 heures route afin de nous rendre à Baga Gazrinn Chuluu. Il s’agit d’un parc composé de montagnes rocheuses sur lesquelles nous pouvons grimper afin de contempler les paysages!  C’est grandiose!  Ce parc était recouvert par la mer il y a plus de 500 millions d’années. On peut y retrouver des fossiles au plus grand plaisir de Jules qui essaie de casser plusieurs roches afin d’en trouver.  Edouard me cueille un bouquet de fleurs du désert.  Jules le complète à son tour. Je suis flattée!  Je le ferai sécher et le conserverai c’est certain!

Couché de soleil au fond d’une ancienne mer vieille de 500 millions d’années !

Après quelques heures à marcher et  flâner ici et là, nous reprenons la route, pour quelques minutes seulement, vers notre dernière yourte avant le retour dans la capitale. L’endroit est magnifique!  Nous sommes entourés de montagnes et aurons droit à un coucher de soleil!  Nous sommes heureux!  Après une bonne nuit de sommeil sous un ciel étoilé, nous reprenons la route pour le dernier tronçon de cette aventure.

Jour 6 – 23 août 2018

Aujourd’hui nous retournons à Oulaan Baator. Nous avons quelques centaines de kilomètres à parcourir avant d’y arriver.  Nous nous arrêterons à 50km de notre destination finale afin de visiter le temple Manzushir khiid.  Un ancien temple bouddhiste qui comptait plus de 300 moines et 20 bâtiments et qui fut détruit en 1938 par les Russes.

L’endroit est d’une quiétude hors du commun.  On entend le ruisseau couler.  On y voit plusieurs aigles voler. Le vent souffle  sur notre peau tout doucement et le soleil qui plombe nous réchauffe agréablement.  J’y suis tellement bien!  Le temps s’arrête le temps de notre visite. Je comprends très bien pourquoi les moines s’y sont installés il y a plusieurs années.

Nous reprenons la route pour une dernière fois avant notre arrivée à Oulan Bator.  Fatigués certes, mais ô combien les yeux remplis de tous ces magnifiques endroits visités.  Nous aurons le temps de nous reposer durant les prochains jours afin d’être en forme en vue de notre départ vers la Chine.

Au revoir Mongolie.  Tu auras été d’une beauté pour mes yeux, une douceur pour mon âme, un arrêt dans le temps de ma vie habituellement si organisée.  Tu m’auras fait un bien fou!  Je garde un doux souvenir de toi!  On se reverra peut-être un jour.

Infos pratiques

Le tour de 6 jours nous a coûté 800$US incluant  3 repas/jour, chauffeur, essence et guide (bilingue) pour notre famille;

Demande à rencontrer le guide avant afin de t’assurer de ses connaissances et niveau d’anglais;

Apporte-toi de la nourriture et de l’argent afin de t’en procurer en chemin (même si la plupart des épiceries acceptent les cartes);

Apporte-toi un matelas de sol même si on te dis que tu n’en auras pas besoin;

Il serait bien de considérer de faire le tour de 11 jours.  Un peu moins pressé  dans le temps et du coup tu pourrais visiter le centre de la Mongolie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *