Tarsiers, volcans et fonds marin incroyables: le nord de Sulawesi nous attend


Après nos 10 jours passés aux Banggai, c’est depuis Luwuk que nous nous sommes envolés pour le nord de Sulawesi. 

Nous avons eu la chance de visiter le parc national de Tangkoko lors de notre premier arrêt au pays des Minahasas.  

Parc National de Tangkoko

Cette partie de l’île chevauche deux systèmes ou zones climatiques différentes, celle de l’Indonésie et de l’Australie.  Grâce au biologiste Wallace, ils ont trouvé que plusieurs espèces animales et végétales  étaient endémiques à cet endroit (macaques noirs, tarsiers, et j’en passe) se trouvent dans ce parc.  

Pour se rendre à cet endroit, depuis l’aéroport, nous avons pris un taxi.  Un petit indonésien super sympathique nous y a mené . 

Et bien! 

Qu’elle ne fut pas ma surprise d’apprendre qu’il avait vécu pendant plusieurs années au Chili et qu’il parlait l’espagnol.  C’est une prémisse à la suite du voyage qui se passera en Amérique centrale.  Autant lui que moi étions heureux de se jaser en espagnol.

Comme nous sommes arrivés en soirée, nous avons décidé d’attendre le surlendemain pour faire la visite du parc avec un guide de notre hôtel le Tangkoko Ranger Homestay.

Je t’entends me demander s’il est nécessaire de payer un guide pour faire cette visite? 

Et bien, à notre avis oui. 

Le parc à des chemins bien définis au départ, mais c’est à l’intérieur de la jungle, la vraie, sans chemins balisés, que notre guide nous a trimbalés. 

Cela nous a permis de voir le fameux et si petit tarsier, les macaques, un couscous, un calao et plusieurs martin pêcheurs. 

nord de sulawesi
macaque à crete noir

Sans notre guide, je ne suis pas certaine que nous aurions vu ces bêtes et, de toute façon, même si ça ne te tente pas, cela est obligatoire.

Je te conseille aussi de te lever tôt pour voir les bêtes.  À 6:00 du matin nous étions prêts à partir et nous ne l’avons pas regretté. 

Puisque lors de notre randonnée nous avons pu observer la plupart des espèces, nous avons décidé de ne pas faire la randonnée de soir. 

nord de sulawesi
Parviens-tu à voir le tarsier ?

Puisque le tarsier est un animal nocturne, il paraît qu’il est possible de les voir en action, mais comme on leur avait déjà vu la bette, on a renoncé à payer une deuxième fois. 

C’est qu’il faut dire que les visites ne sont pas données : (150k roupies indonésiennes  par personne de jour et 100k pour le soir).  Si tu voyages avec des enfants, sache que les moins de 10 ans ne paient pas.

De plus, depuis le petit village de Batú Putih, tu peux accéder à la mer.  Une plage de sable noir volcanique borde cette dernière, ce qui offre un spectacle magnifique pour les yeux.  Contrairement à ce que j’avais lu, la mer était très propre et s’y baigner était très agréable.

Après 5 jours passés au parc, nous nous sommes dirigés vers Tomohon… la surprenante.

Tomohon

Tomohon, cette ville perçue par les indonésiens que nous avons rencontré tout au long de notre périple, comme étant une ville où les habitants ont des goûts alimentaires particuliers, aura bien rencontré nos attentes.

Notre hôtel, le Leos Hostel, situé directement dans le stationnement du marché des étranges, nous aura permis d’aller visiter ce marché si surprenant à tous les jours et d’apprivoiser tranquillement les aliments mis en vente. 

Oui, on peut retrouver dans ce marché des fruits et des légumes en très grande quantité, mais c’est dans la section des viandes que le cœur peut te jouer des tours. 

C’est que tu y trouveras de tout: du cochon entier dépecé en pièces allant de la tête aux pattes, des poulets, des poussins peinturés, des serpents géants, des chiens, des chats, des chauves-souris, des rats, des varans en veux-tu? 

nord de sulawesi
petits poussins prêts pour Pâques !

Ben en v’là! 

Lors de notre première visite, le cœur m’a levé et j’ai dû aller observer l’étal des tomates afin de me replacer pendant que mes hommes s’extasiaient devant cet éventail quelque peu inusité à mes yeux.  

Au fil des jours, j’ai pu m’habituer au contenu du marché et aux bizarreries qu’il contient.  Je suis contente d’avoir pu observer, mais je te rassure!  JAMAIS!  Au grand JAMAIS, je n’aurais mangé de ces bestioles. 

Tomohon c’est aussi la visite des environs et de ses volcans.  Nous avons décidé de grimper le Lokhon. 

Pour ce faire, comme il est en activité, je me sentais plus confortable à l’idée d’engager un guide. 

ERREUR! 

Tu n’as pas idée à quel point. Tu n’as pas besoin de guide pour te rendre jusqu’au cratère.  Celui que nous avons engagé ne marchait pas vite, mais tellement pas vite, qu’on aurait dit qu’il faisait du surplace. 

De plus, il ne nous a rien appris. 

En utilisant l’application Maps.me, tu peux obtenir le sentier très bien détaillé, tu ne peux te tromper.  La randonnée et super agréable sur les coulées de lave, la vue depuis le cratère magnifique.  C’est une montée d’environ 1 heure 30 min avec un rythme moyen pour se rendre en haut. 

nord de sulawesi
belle petite montée sur les coulées de lave

Ce que tu dois savoir c’est qu’à environ 9:00 am, le haut du volcan s’ennuage habituellement.  Donc, si tu veux être certain d’avoir une belle vue, mieux vaut quitter la ville tôt.  

De plus, il est bien que tu saches que le marché est un peu excentré par rapport à la ville et aux restos.  Si tu n’a pas de moto ou d’auto, tu devras soit marcher ou prendre un « microlet » pour te rendre là où il y a un peu plus d’action.  Nous aimions bien aller manger dans un petit restaurant chinois situé dans le quartier Kakasksen. 

Toutes ces visites effectuées, nous avons décrété que Tomohon est bien pour s’y arrêter quelques jours et y voir une différente facette de l’île de Sulawesi.

Mais la raison principale de la visite de cette île était incontestablement pour l’exploration de ses fonds marins. 

Et, c’est par l’entremise de Yoan Parizot, un biologiste marin français,  établi à Tumbak depuis plus de 15 ans et possédant ses cottages,  que nous allions réaliser notre rêve.

Tumbak ou être seuls au monde (ou presque)

Yoan a mis sur pieds, au fil des dernières années, trois cottages aux abords de mangroves en plein milieu du lagon défini par les barrières de corail près de Tumbak.  Venu travailler pour une ONG, il y a trouvé l’amour et fondé famille.  Il y explore les fonds marins depuis et en fait profiter les touristes qui passent par chez-lui.

Les cottages sont basiques, certes, mais offrent une vue à couper le souffle sur le volcan Soputan.  De plus, Yoan s’affaire à entretenir les fonds marins qui abordent les cottages.  Il est ainsi possible dès le premier coup de palme d’y apercevoir des poissons clowns, des murènes, des serpents de mer (qui peuvent entrer dans votre chambre!  Oui! Oui! Nos voisins en ont vécu l’expérience lol ), des lion fish et des puffer fish. 

nord de sulawesi
de toute beauté !

C’est fascinant!

Trois fois par jour, Yoan, son beau-père ou de ses amis viennent  livrer les repas aux cottages : poisson, riz, légumes, fruits, œufs; le menu y est varié.  Après le déjeuner, il est possible de partir avec Yoan  sur  le bateau familial afin de faire des sorties d’apnées dans les environs. 

Tous les fonds sont différents et magnifiques à voir: corail durs ou mous, poissons de toutes sortes, requin à pointes noires, et encore plus. 

Nos quatre jours se résument à des sorties d’apnée à même les cottages ou un peu plus loin en bateau.  Ce fut vraiment un moment où nous avons décroché et relaxé.  Petits conseils si tu décides de rendre visite à Yoan, prévois-toi des collations ou fruits si tu aimes grignoter. 

Aussi pense à t’apporter un chandail d’eau pour les sorties d’apnée car le soleil frappe vraiment fort, même à 16:00 de l’après-midi. 

Finalement, le soir il peut y avoir des insectes munis de petits dards qui se feront un plaisir de venir perforer ta chaire tendre, pense à t’apporter un chasse-moustique… conseil d’amie! 

C’est le cœur rempli de toutes ces belles expériences et rencontres faites tout au long de notre séjour sur Sulawesi que nous nous sommes dirigés ensuite vers Manado, la capitale du nord de Sulawesi. 

nord de sulawesi
Merci Yoan ! À bientôt, j’espère !

Nous garderons et chérirons ces souvenirs précieux et espérons sincèrement y revenir un jour.

Place au dernier droit de notre périple autour du monde. On S’envole vers le Panama !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *