As-tu déjà eu envie de partir pour vivre une vie de nomade?

As-tu eu déjà envie de tout laisser derrière et de partir à l’aventure?  Partir en voyage pendant un bout, trimbalant ton sac à dos de villes en villes, s’arrêtant au gré de tes envies?  Nous nous en rêvions depuis plus de 15 ans. Mais partir à l’aventure pendant un an, comme nous l’avons planifié, c’est accepter de vivre une vie de nomade, de ne plus avoir ses repères habituels dont entre autres, ses biens auxquels on accorde tant d’importance.  

Cela me demandait une préparation à long terme qui commençait par un détachement des mes  biens amassés durant toutes ces années. Tsé là toutes les bébelles qui traînent dans ta pièce “au cas”, dans l’fond de ton garde-robe ou sous ton lit.  Tsé ceux que tu te dis oui, mais si jamais… et que ce jamais n’arrive pas. Ces biens qui, je pensais, me “sécurisaient”, mais qui, une fois sortis de ma vie m’ont libérée d’un poids inutile.

En lien avec le fait que nous louons notre maison toute meublée, combien de fois je me suis fait dire: “oui mais ça ne te dérange pas que quelqu’un vive dans tes affaires?”  “Non! Pourquoi cela me dérangerait, il s’agit de meubles et de biens matériels, qui peuvent être remplacés.”. J’entends encore ces mots résonner dans mes oreilles et, ce que j’en comprends c’est que je crois que, sans m’en apercevoir, j’étais faite pour ce genre de vie.  Je n’ai pas d’attachement particulier à mes biens matériels. Bien sûr que je l’aime ma petite maison. Elle est chouette, pas trop grande, accueillante (je crois), mais ça reste une maison. Bon ok mon lit je l’aime en ta… ça fait juste 15 jours qu’on galère d’un endroit à un autre et le sommeil que j’ai dans mon lit versus ailleurs n’est jamais le même.  Si je pouvais le traîner celui-là, je le ferais crois-moi!

Mais sinon, l’essentiel, ce dont j’ai vraiment besoin, je l’ai rentré dans un sac à dos ou il m’accompagne jour et nuit sur les routes (je parle ici de mon chum et de mes enfants). Et encore aujourd’hui je me disais que j’ai peut-être apporté des trucs qui me seront inutiles… peux-tu croire?!?

Une vie de nomade c’est aussi d’avoir la capacité de s’adapter rapidement aux endroits où tu t’installes.  Quand tu passes 5 jours à un endroit, t’as pas le temps d’en prendre 3 pour te sentir bien. Il faut que tu t’adaptes et que tu trouves le positif dans l’endroit où tu es, car il y en a toujours crois-moi et c’est fou comment on perd de vue la chance qu’on a par chez-nous!  

Te questionnes-tu à savoir ce que tu mangeras demain matin ou si tu auras de l’eau chaude pour te laver? Si tu pourras dormir adéquatement ce soir? Si la toilette sur laquelle tu t’assoies (ça c’est si elle a un bol… mon chanceux!) est propre? Si tu auras encore du linge propre à te mettre sur le dos? Tous ces petits détails anodins font en sorte que notre vie va de soi, que tout baigne.  Être nomade, c’est accepter que tous ces petits besoins ne soient pas toujours comblés (du moins, pas en même temps).

Être  nomade c’est aussi avoir la capacité de lâcher prise.  Lâcher prise sur toutes les attentes que tu pourrais avoir et c’est là que le positif sort.  C’est là où l’endroit où tu ne te serais pas arrêté en temps normal te saute aux yeux te montrant ses plus beaux paysages, c’est là où une personne à qui tu n’aurais pas adressé la parole croise ton chemin et te prête son aide.  C’est là où tu crées des liens que tu n’aurais jamais pensé tisser.

En fait, c’est à ce moment où la vie te fait de tels clins d’œil que tu en oublies que tous tes petits besoins ne sont pas tous comblés.

5 commentaires Ajoutez le votre

  1. Nancy dit :

    Oui chère amie, l’essentiel est avec toi: ta famille, tes amours!
    Quel beau partage! Es tu en train de nous dire que tu as apporté trop de souliers!

    PS. Tout en haut du texte, on dirait que c’est Marco qui a écrit, publié ..plus loin on comprend que c’est toi.

    1. Marc-Olivier dit :

      Oui, j’ai oublié de modifier l’auteur. C’est bel et bien Alix qui a écrit !!!

    2. Marc-Olivier dit :

      Jamais trop de souliers! Peux-tu croire que je les utilise tous! J’en partage même. Une paire avec Jules! C’est de la rentabilité ça mon amie!

  2. Marie dit :

    Merci mes bons amis de nous partager vos découvertes de Vie. Vivre ce que vous êtes entrain de vivre c’est comme respirer à plein poumon un oxygène qui libère. Bonne continuité à vous quatre.

    1. Marc-Olivier dit :

      merci pour ces beaux mots !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *